ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Auteurs : soumettez
votre article en ligne
Autres revues >>

Technique et Science Informatiques

0752-4072
Revue des sciences et technologies de l'information
 

 ARTICLE VOL 25/8-9 - 2006  - pp.959-961
TITRE
Éditorial

RÉSUMÉ
L’Évolution artificielle est une technique d’optimisation stochastique encore relativement peu connue, s’inspirant de l’évolution naturelle. En effet, même si cette dernière a disposé de pas mal de temps pour aboutir aux êtres vivants qui nous entourent, les résultats obtenus sont absolument époustouflants. Pour créer un oeil, par exemple, il aura fallu que l’évolution trouve la recette pour fabriquer du tissu parfaitement transparent (la cornée), auquel il faut ajouter une seconde lentille déformable et toute aussi transparente permettant la mise au point (cristallin), un diaphragme (l’iris), puis un capteur de lumière (cellules photosensibles) qu’il a fallu positionner exactement sur le plan focal. Ensuite, il faut mobiliser le tout avec des muscles placés au bon endroit, et récupérer les données avec un nerf suffisamment souple pour accepter des flexions incessantes pendant une centaine d’années. Mais si cette complexité incroyable ne concerne que l’oeil, il y a bien d’autres choses à créer pour constituer un être vivant viable et capable de se reproduire dans son environnement : un système immunitaire dont on n’arrive toujours pas à appréhender la complexité, un cerveau capable de donner une autonomie, un appareil digestif, une bouche avec des dents pour broyer les aliments, sans parler de développements spécifiques à certains animaux (plumes et os creux pour les oiseaux, écailles, vessie natatoire, branchies pour les poissons, poumons pour les animaux terrestres…). Certes, la nature a eu 600 millions d’années pour passer d’êtres pluricellulaires aux animaux qui nous entourent et à l’homme, conscient et intelligent, mais cela ne s’est pas fait de manière linéaire. Il semble que l’« explosion cambrienne », par exemple, n’ait duré qu’une « petite » dizaine de millions d’années.

AUTEUR(S)


LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (68 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier