ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Auteurs : soumettez
votre article en ligne
Autres revues >>

Technique et Science Informatiques

0752-4072
Revue des sciences et technologies de l'information
 

 ARTICLE VOL 20/10 - 2001  - pp.1336-1341
TITRE
ALGORITHMES ET ALGORITHMIQUE - Du bon usage des types énumérés

RÉSUMÉ

Extraits :
En conversant avec un jeune développeur de logiciels, je fus surpris par une de ses questions : Pourquoi un caractère « nul » dans le code ASCII ? Tous les autres caractères « spéciaux » ont une signification liée au contrôle de périphériques ou à la transmission de données. Pourquoi distinguer un caractère « nul » ? N’est-ce pas une redondance avec le caractère d’espacement, le « blanc » ?

Ma réponse, « Les caractères forment un type énuméré ; dans un type énuméré, il est toujours utile de définir un élément ‘nul’ », le laissa très perplexe. Je dus reprendre certains concepts à la base, constatant que dans l’évolution de l’enseignement des notions informatiques de base, pressé d’introduire les idées les plus porteuses, on oublie de présenter les notions les plus fondamentales. De plus, si les tendances modernistes de l’enseignement sont adoptées, le risque est grand de ne jamais aborder certains concepts fondamentaux. Par exemple, dans « l’apprentissage par problèmes », les étudiants sont censés découvrir les notions à étudier à partir de l’énoncé d’un problème ; dans cette méthode, les énoncés de problèmes précèdent toute approche des notions théoriques. En principe, les énoncés de problèmes devraient inciter les étudiants à rassembler les notions théoriques requises pour résoudre les problèmes posés. Malheureusement, dans les sciences « dures », les concepts de base sont très souvent contre-intuitifs. Dans les méthodes classiques d’enseignement, le rôle de l’enseignant est précisément d’introduire ces concepts contre-intuitifs et d’en faire apprécier la pertinence pour construire des théories explicatives qui permettent également les calculs prévisionnels. La théorie modélise la réalité ; son application permet de prévoir des résultats sans recours à l’expérience. La physique classique est un excellent exemple de théorie contreintuitive, particulièrement dans la partie « mécanique ».
[…]

AUTEUR(S)
P.-A. DE MARNEFFE

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 12.5 €
• Non abonné : 25.0 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (72 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier