ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Auteurs : soumettez
votre article en ligne
Autres revues >>

Technique et Science Informatiques

0752-4072
Revue des sciences et technologies de l'information
 

 ARTICLE VOL 32/5 - 2013  - pp.543-545
TITRE
INTRODUCTION

RÉSUMÉ

Depuis quelques années, l’informatique a commencé à envahir des espaces de plus en plus larges de notre environnement quotidien. Elle s’est très vite répandue dans des objets qui en étaient quasiment dépourvus (lave-linge, appareils photos, téléphones, autoradios, etc.). La recherche porte aujourd’hui sur son intégration dans des objets encore plus usuels (portes, murs , meubles, vêtements, billets de transport, etc.) afin d’apporter une assistance continue à l’utilisateur dans ses tâches les plus quotidiennes. C’est ce que l’on appelle informatique ambiante, informatique disséminée, informatique diffuse, etc. Celle-ci marque la volonté de concrétiser un concept très séduisant : celui de la convergence des mondes physiques et numériques. L’informatique ambiante préconise ainsi une vision écologique de l’informatique en général. Elle favorise l’enrichissement de l’existant plutôt que sa substitution. En s’appuyant sur des objets de notre envir onnement quotidien, elle vise à sauvegarder l’expérience que nous avons du monde réel tout en l’enrichissant de la façon la plus harmonieuse possible. Bien que le concept en lui-même soit apparu au début des années 1990 dans les travaux de Mark Weiser, sa concrétisati on en systèmes opérationnels s’est heurtée dans un premier temps à certaines difficultés en raison du niveau de miniaturisation requis pour les composants électroniques nécessaires à la réalisation de tels systèmes. Toutefois, les progrès récents en matière de miniaturisation, de réseaux sans fils, d’autonomie énergétique et de nouvelles techniques d’interaction sont en train de lever ces difficultés et poussent de plus en plus d’équipes de recherche, aussi bien académiques qu’industrielles, à s’intéresser au problème et à proposer différents types de solutions. L’avènement de l’informatique ambiante marque la naissance du troisième paradigme de l’informatique. Le premier paradigme a réservé l’informatique aux centres de calculs là où un même ordinateur était exploité par plusieurs utilisateurs. Le second paradigme a permis à l’informatique d’entrer dans les foyers et de devenir « personnelle », chaque utilisateur disposant de son propre ordinateur. Enfin, le paradigme de l’informatique ambiante perm et à celle-ci de se disséminer dans les objets de notre environnement physique et de devenir ainsi omniprésente dans notre vie quotidienne



AUTEUR(S)
Yacine BELLIK, Christophe KOLSKI

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (18 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier