ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Auteurs : soumettez
votre article en ligne
Autres revues >>

Technique et Science Informatiques

0752-4072
Revue des sciences et technologies de l'information
 

 ARTICLE VOL 32/5 - 2013  - pp.541-542
TITRE
AVANT-PROPOS

RÉSUMÉ

Ce numéro de TSI offre à nos lecteurs une nouveauté : à côté du dossier thématique sur la recherche en informatique ambiante , nous proposons pour la première fois une nouvelle rubrique, Histoire de l’informatique, qui vise à rendre compte de la construction de la discipline informatique en France. Quand et comment une communauté prend-elle conscience d’elle-même ? Quand et comment une discipline scientifique s’autonomise-t-elle et devient-elle un nouveau champ reconnu du savoir ? Les historiens des sciences, les épistémologues, les sociologues ont de nombreuses réponses. Mais deux événements marquants de cette année 2013 montrent à l’évidence la reconnaissance institutionnelle de la discipline informatique en France, avec la première chaire « Algorithmes, machines et langages » au Collège de France, et l’entrée de l’informatique dans les programmes du lycée. « Enfin ! » pourrait-on s’exclamer, tant la France est en retard sur ses voisins, et à dire vrai, il s’agit de la troisième fois que l’informatique entre au lycée. On le voit, la reconnaissance ne se décrète pas et si elle est visible aujourd’hui, elle est le résultat d’un lent mouvement, avec par exemple l’entrée des informaticiens à l’Académie des sciences dans les années 1990, la création d’un institut autonome au CNRS en 2009 et la création de la SIF (Société d’Info rmatique Française) l’année dernière. Cette histoire française a un début, à chercher dans les années 1960, quand des mathématiciens, des physiciens, des médecins... découvrent un nouvel outil, comprennent que les concepts mis en jeux dépassent la simple commodité calculatoire, et attirent dans cette terra incognita de jeunes étudiants prometteurs. Cela se passe à Grenoble, Paris, Toulouse, Rennes, Nancy... et cela se passe au CEA, au CNRS, dans les universités... TSI souhaitait depuis longtemps rendre compte de cette histoire, reconstituer une chronologie, identifier des acteurs, des lieux, des événements marquants, donner des pistes pour comprendre l’émergence et la constitution de notre discipline à travers le récit de ses acteurs. C’est une tâche d’auta nt plus nécessaire que la génération qui a fait émerger la recherche en informatique en France en tant que discipline propre est en train de passer la main C’est pour répondre à cette motivation que TSI ouvre plusieurs de ses numéros à une rubrique d’histoire de l’informatique placée sous la responsabilité de deux historiens de l’informatique et de l’innovation, Valérie Schafer, chargée de recherche à l’Institut des sciences de la communication du CNRS et Benjamin Thierry, enseignant à Paris-Sorbonne. Elle sera largement reprise dans le bulletin de la SIF, qui nous a gentiment ouvert ses colonnes, afin de lui donner la plus large diffusion possible. Principalement centrée autour d’entretiens, cette rubrique permettra de rencontrer des personnalités qui ont marqué et structuré notre communauté et, à partir de leurs parcours, de reconstruire une histoire sensible des étapes de la discipline informatique en France. Dans ce numéro, TSI publie deux portraits-entretiens avec Bernard Chazelle et Jean-Pierre Archambault. Cela se poursuivra en 2013 avec Gérard Berry, ainsi qu’une contribution plus thématique sur les relations franco-québecoises avec les regards croisés de Guy Lapalme, Jacques Malenfant, Laurent Trilling et Jean-Pierre Verjus. Mais auparavant, donnons la parole à Yacine Bellik et Christophe Kolski les organisateurs du dossier thématique de ce numéro.



AUTEUR(S)
Jean-Louis GIAVITTO

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (13 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier