ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Auteurs : soumettez
votre article en ligne
Autres revues >>

Technique et Science Informatiques

0752-4072
Revue des sciences et technologies de l'information
 

 ARTICLE VOL 31/4 - 2012  - pp.421-422
TITRE
ÉDITORIAL

RÉSUMÉ

Les agents conversationnels animés – Embodied Conversational Agents – se situent à la rencontre des interfaces homme-machine, de l’intelligence artificielle, de l’informatique émotionnelle et de l’interaction homme-machine. Depuis une dizaine d’années, ils apparaissent de plus en plus comme des outils puissants pour l’assistance aux utilisateurs, les jeux vidéo, les environnements de conception participative, les environnements virtuels ou l’informatique ubiquitaire et l’enseignement à distance. La communauté ACA, créée en 2004 à travers le groupe de travail sur les ACA du GDR I3 regroupe aujourd’hui près de 120 chercheurs issus de plusieurs disciplines qui ont en commun d’étudier, de modéliser et de développer des ACA : les systèmes multi-agents, le dialogue homme-machine et les interfaces hommemachine, la psychologie des interactions langagières et la psychologie ergonomique, l’intelligence artificielle. Le large spectre et la pluridisciplinarité des domaines couverts sont le reflet des grandes problématiques de la thématique ACA : définition et validation de modèles d’interaction et de dialogue, conception d’agents virtuels expressifs et évaluation de leur « présence », reconnaissance des émotions de l’utilisateur… Le WACA est le point de rencontre de la communauté, une fois tous les deux ans environ. Il a été organisé à Grenoble en 2005, à Toulouse en 2006, à Paris en 2008 et à Lille en 2010. Cette dernière édition a mis en évidence l’importance croissante des modèles issus de l’informatique affective dans les ACA. L’informatique affective (Affective Computing en anglais) constitue un domaine de recherche récent en informatique, à la frontière des sciences de l’information (intelligence artificielle, interaction homme-machine) et des sciences humaines et sociales. L’apparition de ce domaine fait suite au livre Affective Computing de R. Picard, publié en 1997 au MIT Press. Le groupe de travail ACA du GDR I3 a joué un rôle de catalyseur de ces activités, plus particulièrement pour la synthèse et les modèles computationnels des émotions. Les articles de ce numéro présentent les contributions récentes dans le domaine des ACA, sur les questions de modèles de dialogue et d’agents virtuels en relation avec les modèles d’informatique affective. Le premier article (Bouchet et Sansonnet) s’intéresse à l’intégration des traits de personnalité dans un agent rationnel et présente une étude des traits de personnalités, fondée sur le modèle NEO PI-R, pour définir leur influence sur le comportement de l’agent. La classification de ces « schémas comportementaux » a été formalisée en XML et est accessible librement sur internet. Le deuxième article (Rivière et al.) propose un modèle formel d’interactions qui intègre une représentation de la dimension affective. Dans la lignée de la théorie des actes de discours de Searle & Vanderveken, l’article propose une bibliothèque d’actes de conversation multimodaux pour les agents. Ainsi, lorsqu’un agent choisit un énoncé (et donc un acte de communication), il exprime également les émotions liées à cet acte. Le troisième article (Miletitch et al.) présente un ACA narrateur affectif, c’est-àdire capable de raconter une histoire à partir d’un modèle formel de la scène, sous la forme d’événements-clés, et d’une construction des émotions et des relations sociales générées par ces événements. À l’aide d’une ontologie du domaine, l’agent utilise plusieurs algorithmes pour synthétiser une description des situations et créer du suspense et de la variabilité. Le quatrième article (de Sevin et al.) propose un modèle réaliste pour les comportements d’écoute chez un agent virtuel qui prend en compte les rétroactions que l’utilisateur émet en écoutant. Ce modèle a été implémenté dans la plate-forme dont l’objectif est de définir un ACA autonome ayant des traits de personnalité reconnaissables. Enfin, le dernier article (Clavel et al.) décrit une étude évaluant la perception par les utilisateurs de l’expressivité multimodale d’un avatar dans un système de communication à distance. L’agent virtuel est capable d’exprimer de manière non verbale les émotions détectées dans la voix de l’utilisateur qu’il représente. L’étude s’intéresse à la cohérence perçue entre l’expressivité vocale de l’utilisateur et l’expressivité faciale et corporelle de l’avatar qui le représente. Nous tenons à remercier les membres du comité de lecture ainsi que les lecteurs externes pour leur aide précieuse dans l’élaboration de ce numéro. En espérant que ces articles vous apportent de nouvelles perspectives sur le développement d’agents conversationnels animés affectifs, nous vous souhaitons une bonne lecture.



AUTEUR(S)
Nicolas SABOURET

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (24 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier