ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Auteurs : soumettez
votre article en ligne
Autres revues >>

Technique et Science Informatiques

0752-4072
Revue des sciences et technologies de l'information
 

 ARTICLE VOL 29/2 - 2010  - pp.153-156
TITRE
ÉDITORIAL

RÉSUMÉ
Les Symposiums en Architectures nouvelles de machines (SympA) restent le rendez-vous francophone de la recherche sur les architectures des systèmes et des processeurs. Ils ont été initiés dans le cadre de grands programmes nationaux de coopération et d’animation scientifique du ministère de la Recherche et de la Technologie (PRC ANM – programme de recherches coordonnées sur les architectures nouvelles de machines) et sont maintenant soutenus par une structure du CNRS (GDR ASR – groupement de recherches sur l’architecture, les systèmes et les réseaux) et du ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (PPF – programme pluri-formation). Le cycle de conférences a démarré à Grenoble (1989), puis s’est poursuivi à Toulouse (1990), Palaiseau (1991), Rennes (1996 et 1999), Besançon (2000), Paris (2001), Hammamet (Tunisie, 2002), près de Nice (2003), au Croisic (2005), à Perpignan (2006), Fribourg (Suisse, 2008) et enfin à Toulouse (2009). Deux forces s’affrontent dans l’évolution de toute communauté humaine vivante. La réactivité, l’émergence de thématiques et de structures nouvelles ainsi que l’évolution des responsabilités des personnes créent une sorte de force centrifuge qui a tendance à disperser les efforts. A l’opposé, la qualité des symposiums SympA crée une sorte de force gravitationnelle qui leur assure une audience large et variée en association avec les Rencontres francophones du Parallélisme (RenPar) et la Conférence française sur les systèmes d’exploitation (CFSE). Depuis quelques années maintenant, les symposiums SympA sont l’objet de numéros spéciaux de la revue Technique et Science Informatiques : 27/6 (2008), 24/6 (2005), 22/6 (2003), 21/2 (2002) et 20/1 (2001). L’ouvrage « Informatique répartie » édité en 2005 chez Hermès reprend les cours des conférences d’Hammamet en 2002. Alors que les symposiums SympA fournissent un instantané des préoccupations scientifiques de l’architecture des systèmes et des processeurs, les numéros spéciaux permettent de constituer un panorama spatio-temporel des travaux de recherche dans ce domaine. On peut ainsi dégager des évolutions dans les problématiques et les méthodes. Un système embarqué est un système qui interagit avec son environnement de manière autonome et qui doit être conçu et réalisé avec de très fortes contraintes. Parmi ces contraintes nous retrouvons celles liées à la criticité et la taille du système, sa consommation, son prix, la qualité de services (temps de réponse, continuité, tolérance aux pannes...), la réactivité en termes de conception et d’évolution, et enfin la déployabilité sur des architectures ou des systèmes d’exploitation spécifiques l’aéronautique, le transport ou l’automobile, mais aussi la téléphonie mobile, les assistants électroniques, la monétique, la domotique… La mise en oeuvre de systèmes embarqués hautes performances est la source de nombreux défis technologiques (architecture, compilation, sûreté de fonctionnement, sécurité) mettant en avant de nouveaux verrous liés aux coûts de conception (taille des circuits), d’exploitation (consommation électrique), de mise en oeuvre (développements logiciels) et de maintenance au sens large (qualité de services, systèmes critiques). Même si nous ne travaillons pas tous dans le domaine des systèmes embarqués, leurs problématiques touchent ou toucheront dans un proche avenir tous les domaines de recherche de l’architecture des systèmes et des processeurs. Enfin, la recherche et les activités de R&D dans le domaine des processeurs sont totalement dominées par les industriels américains et Intel en particulier. Les systèmes embarqués constituent déjà depuis quelques années un espace d’innovation où des groupes de recherche européens peuvent suivre leurs idées jusqu’à leur finalisation en R&D en collaboration avec l’industrie, comme c’est le cas, par exemple, avec le foisonnement de recherches autour du processeur ARM. Les systèmes embarqués hautes performances constituent un nouvel espace d’innovation plus vaste où l’Europe peut encore jouer pleinement son rôle en recherche comme en R&D.

AUTEUR(S)


LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (76 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier