ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Auteurs : soumettez
votre article en ligne
Autres revues >>

Technique et Science Informatiques

0752-4072
Revue des sciences et technologies de l'information
 

 ARTICLE VOL 28/2 - 2009  - pp.141-143
TITRE
Éditorial

RÉSUMÉ
Dans l’histoire des sciences et technologies, peu nombreuses sont les avancées qui se situent en totale rupture avec l’état de l’art courant – même si leurs auteurs prétendent souvent le contraire. La technologie sémantique n’y échappe pas, elle serait plutôt une évolution majeure des technologies du traitement de l’information prenant sa source loin dans le temps sur les bords de cette si féconde culture méditerranéenne. C’est en effet à l’héritage de la pensée grecque que nous situons habituellement l’origine de cette vision organisatrice de la pensée et des connaissances… Aristote (456 avant l’ère chrétienne) Son artefact dans les domaines joints de l’informatique et des télécommunications (NTIC), émerge au tournant du XXIe siècle, quand trois précurseurs de l’Internet sémantique (Tim Berners-Lee, James Hendler and Ora Lassila), exposèrent leur vision d’une nouvelle génération de web (« The Semantic Web », Scientific American, May 2001) devant transformer le web d’aujourd’hui – immense base de documents (170 millions de sites web, 50 milliards de pages web) en une gigantesque plateforme de processus automatisés reliant des ressources de nature très variée et dynamiques : des données, des documents, des objets, des services, des machines et… des hommes. Depuis lors, cette vision se construit et devient bien réelle de jour en jour. On peut constater aujourd’hui que l’on dépasse la dizaine de milliards de triplets RDF décrivant « par le sens » (métadonnées) quelques 100 millions de pages du web, et des milliers de descriptions ontologiques en RDF et OWL ont été publiées, avec le soutien de plus en plus évident de l’industrie. Mais le grand défi n’est pas uniquement celui de la modélisation des connaissances disponibles sur le web via des ontologies, métadonnées et terminologies, mais aussi celui de l’infrastructure de traitement informatique sous-jacente via la modélisation de processus sur le web tels les services web, les systèmes pair-à-pair et les grilles de calcul. De 2000 à 2007, les technologies du web sémantique grâce à une très forte mobilisation du monde académique (ISWC, ESWC, WWW, KRR, IC et de très nombreuses autres conférences), des programmes coopératifs (IST, DARPA, ANR et autres programmes nationaux), des organismes de standardisation (W3C, OASIS, OMG, IEEE) et de l’industrie (conférences STC, ESTC), vont produire des prototypes, des standards, des technologies et enfin des applications qui commencent à être déployées. En particulier, 2003 vit un début d’intérêt sur les Intranets par le gouvernement américain et l’industrie, 2005 vit l’émergence d’outils commerciaux et de nombreux logiciels libres.

AUTEUR(S)


LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (93 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier